Le militant Fiché S avait participé à la campagne législative de Mounir Mahjoubi

Le militant avait participé à la campagne législative de Mounir Mahjoubi. Son arrêté de reconduite à la frontière ne l’a pas empêché de devenir français.

En janvier dernier, Le Point révélait qu’un militant d’En marche ! fiché S avait pris part à la campagne législative du secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi, candidat dans le 19e arrondissement de Paris. L’élu n’avait pas démenti l’information – il avait été averti par l’Élysée –, mais il avait souligné que le militant de 48 ans ne faisait pas partie de son équipe de campagne stricto sensu. Plus tard, dans Le Journal du dimanche, une source présentée comme un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur avait affirmé que la fiche S de ce militant avait été désactivée avant la campagne électorale. En réalité, il n’en est rien. Ce militant fiché S fait régulièrement l’objet d’un contrôle minutieux lors de son passage au filtre police des aéroports. Néanmoins, sur le profil Facebook de cet homme, de nombreuses photos sont publiées où il apparaît aux côtés du secrétaire d’État en campagne. On le voit, par exemple, distribuer des tracts en faveur de son candidat.

L’histoire peu banale de cet adhérent parisien d’En marche !, qui intervenait encore au nom du mouvement en mars 2018 lors d’un débat sur l’intelligence artificielle, mérite d’être racontée. Repéré au début des années 1990 par la Direction de la surveillance du territoire (DST), il était fiché car « lié aux groupes islamistes armés algériens ». Sa fiche précisait : « En cas d’interpellation : prévenir l’Uclat et la DST ».

Plus tard, la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ) du ministère de l’Intérieur émet une fiche à son encontre. Cela signifie qu’en cas de départ pour l’étranger, la police devra lui interdire de remettre un pied sur le territoire français. Mieux, si l’on peut dire, il était inscrit au Fichier des personnes recherchées (FPR) à la catégorie « police générale des étrangers ». Il faisait alors l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière.

Déclaré indésirable, il se maintiendra pourtant dans l’Hexagone. Marié entre-temps à une Française, il est depuis naturalisé français. Ce qui lui permettra de se présenter aux élections législatives en 2012 à Paris. En s’intéressant de près à la politique, il fréquente des personnalités de droite comme de gauche ou écologistes dont les noms sont répertoriés dans une note du renseignement. Il continuera néanmoins d’être fiché S 10 par la DGSI, car elle le considère comme « susceptible d’être en relation avec la mouvance islamiste radicale ».

Malgré ce pedigree, l’homme a pu devenir un « citoyen engagé » d’En marche ! Et embarrasser le secrétaire d’État.

(…) le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *